Quand on parle de MMA aujourd’hui, on parle d’un sport accepté, très médiatisé et qui génère des millions de dollars au travers de compagnies comme l’UFC ou le Bellator.


La MMA proposant des combats avec une restriction de coups ou de techniques moindre, les gens ont compris, avec le temps, que chaque phase de combat possède sa technique propre, et que beaucoup d’arts martiaux (Muay Thai, Lutte greco-romaine, Jiu-Jitsu Brésilien) à travers les âges se sont spécialisés dans un de ces éléments.
L’opinion populaire a enfin compris que le MMA n’était pas un sport sanguinaire digne d’un mauvais film des années 80 mais bien une célébration de tous les arts martiaux combinés et de la technique. (sauf ces putains de connards lobbyistes de judokas, lisez c’est révoltant)

Il fût une époque où le sport était plus obscur, beaucoup moins médiatisé en Occident et encore dans ses balbutiements.
La compagnie dominante s’appelait le Pride, une organisation japonaise proposant un concept « grand public »: « Imaginez un pratiquant de Jiu Jitsu Brésilien contre un kick boxeur, un spécialiste du Judo contre un lutteur … c’est ça le MMA ».
Elle permettait à certains combattants de revêtir la tenue de combat traditionnelle de son sport, créant ainsi un mixe entre tradition, combat et entertainment. Les combats avaient lieux dans un ring, plutôt propice au combat debout, mais les prémices de beaucoup de règles en vigueur que l’ont connait aujourd’hui étaient déjà en place.

De cette époque est né une des plus grandes légendes du sport: Fedor Emilianenko.

896f865f93eda39f7d2655039fea2af8_large

Fedor Vladimirovitch Emelianenko (ça pique les yeux quand on lit hein ?) est arrivé au Pride en 2002, avec derrière lui un solide background en Sambo et un statut de champion d’une organisation japonaise rivale, la RINGS.

Qu’est ce qui a fait de Fedor une légende ? A vrai dire énormément de choses…

  • Il a été le premier véritable « MMA artist« , c’est a dire quelqu’un qui a maîtrisé parfaitement toutes les phases de combat du sport à la perfection. On parle d’une époque où la majorité des gens participant au Pride était très solide dans leur secteur mais n’était pas à même de répondre à toute les situations.
  • Son invincibilité de 10 ans. La seule « défaite » à son actif durant cette période est du à une sérieuse coupure (il a encore la cicatrice au dessus de son œil droit) faite par un coup normalement illégal après 17 secondes. Le combat ayant lieu et place dans un tournoi, le combat ne pouvait donc pas se terminer sur un No Contest et reporté, Fedor à été déclaré perdant.
  • Dans une catégorie poids lourds où encore aujourd’hui tous les gabarits sont acceptés passés 100 kilos, il a été un des plus grands Giant Killer du sport moderne. Il a terrassé Semmy Schilt (futur quadruple vainqueur du K-1 Grand Prix, rien que ça)  à son arrivé en 2002, et il a gagné contre le gigantesque coréen Hong Man Choi dans un combat extrêmement compliqué où l’image de lui tentant une soumission sur le géant à fait le tour du monde. Il également vaincu l’imposant Zuluzinho (2m01, 177 kg !)
    Après la fermeture du Pride, il a également terrassé Tym Silvia, l’ancien champion poids lourd de l’UFC de 2m03.
  • Il a combattu et vaincu les plus grands.  Antônio Rodrigo Nogueira, Mirko « Cro Cop » Filipović, Mark Coleman, Kevin Randleman, Andrei ArlovskiTim Sylvia. Il a également vaincu des combattants encore actif aujourd’hui comme Mark Hunt.
  • Sa capacité à finir ses combats, Fedor est encore à l’heure actuel un monstre statistique inégalé car il a réussi à terminer 28 de ses combats sur 35 victoires, avec 17 soumissions et 11 KO/TKO, 25 de ces victoires ont été obtenu dans le premier round dont 13 en dessous de 2 minutes et 4 en dessous UNE minute. via Sherdog

Fedor Emelianenko est une figure emblématique du sport, et sa défaite en 2010 contre l’actuel champion du champion du monde poids lourds de l’UFC Fabricio Werdum a été vécu comme un véritable traumatisme par les fans.
Cette défaite symbolisait tout simplement la fin d’un monde et le début de quelque chose de nouveau. On parle souvent d’ère dans les sports, Fedor est probablement le plus grand combattant de MMA de ce que j’appelle « l’ère des spécialistes », c’est à dire d’une époque où les combattants ne se spécialisaient que dans une seule discipline et essayait de s’y tenir tout au long d’un match.
Il faisait figure d’exception, quelqu’un qui n’avait pas de vrais points faibles et qui avait cette capacité d’être explosif et extrêmement rapide pour sa catégorie. Un style et une aisance qui a inspiré tous les combattants poids lourds de la nouvelle génération, ne s’appuyant désormais plus sur la force brute mais sur toutes les dimensions d’un combat de MMA, comme Cain Velasquez  ou Junior Dos Santos.

Que fait Fedor aujourd’hui ? Il est à l’heure actuel un des derniers pionniers du sport à être encore actif, avec Vito Belfort et Dan Henderson.
Il a récemment combattu pour la Rizin Fighting Federration, une compagnie actuellement mineure mais qui est dirigé par l’ancien président du Pride, Nobuyuki Sakakibara.
Les compagnies de MMA asiatiques essaient tant bien que mal de revivre leur gloire passé, mais l’expansion et la très grande popularité de l’UFC dans le monde Occidental les as reléguées au second voir troisième plan.
Est-ce que Fedor sera capable à lui seul de faire revenir la MMA made in Japan au premier plan ? Il faudrait une série de crochets sacrément bien placés pour pouvoir faire vaciller un géant comme l’UFC, et la carrière de Fedor, la seule véritable très grande star de la Rizin FF, est sur la pente descendante.

En attendant, Fedor continuera de combattre. A bientôt 40 ans, il ne combattra peut-être plus de très grands combattant mais il continuera de pratiquer un art qu’il perfectionne depuis maintenant 16 ans, celui de terrasser des géants et de faire rêver les fans.

maxresdefault

Publié par Hooligan Sensible

Rédac-chef de ce bordel.

3 commentaires

  1. « le MMA n’était pas un sport sanguinaire digne d’un mauvais film des années 80 » … cela reste à prouver.

    J'aime

    Réponse

  2. […] dans le chaos qu’on trouve aussi parfois de la beauté. Nogueira, Silva, CroCop et le Roi des Rois Fedor Emelianenko à qui on avait déjà dédié un article à l’époque ont fait parti de la première génération des superstars de la MMA qui ont développé […]

    J'aime

    Réponse

  3. […] des deux premières mégastars de l’exercice : Fedor Emelianenko (a qui on avait dédié un article au début du site) et Mirko Filipovic aka […]

    J'aime

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s