Dans cette catégorie, je me suis toujours intéressé à des choses que je connaissais pas du tout. Des styles nouveaux ou des univers, j’ai découvert le terme « urbex » par exemple et des façons de travailler originales.

Je dis souvent que si j’avais une machine à voyager dans le temps, j’irais probablement dire à Betty Page que je l’aime et j’essaierais de l’épouser peu importe les conséquences.
Cette semaine, j’ai décidé de discuter avec un artiste très talentueux qui aime travailler dans un univers que j’affectionne tout particulièrement: celui des pin-up et du rétro.

L’artiste de la semaine: Gildas Coric.

c6b9c0_8dc486a0f7fc40e68315bf39a5473d99

CDB – C’est peut-être con à dire mais je suis tombé amoureux des pin-up depuis que j’ai vu Jessica Rabbit et Betty Boop dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ? C’est quoi ton premier souvenir lié aux pin-ups ?

Gildas Coric – Mes premiers souvenirs de Pin Up remontent à mon enfance. J’adorais regarder des films sur la seconde guerre mondiale et je voyais souvent les dessins de Pin Up sur les bombardiers, et cet univers à commencé à vraiment m’intéresser. Je crois qu’au final j’ai toujours été fasciné par cette époque ( 40’s – 60’s ), par rapport à la mode, le style de vie en général.

CDB – Quand on étudie un peu les premiers processus qui ont amenés la création des pin-up, on voit que les dessinateurs voulaient montrer des femmes sexy sans qu’elles soient vulgaires, mais le plus intéressant la dedans, c’est que ces femmes étaient censées être leurs représentations de la femme « parfaite ». 
Est-ce que tu as déjà préparé un shooting photo avec cette idée la en tête ? Il ressemblerait à quoi ce shooting si tu devais le faire ? Imagine qu’absolument TOUT est possible.

G.C – En tant que photographe et personnellement, je cherche toujours à avoir ce rendu sur mes photos. C’est à dire qu’il faut vraiment jouer sur le côté sexy de la pin up et ne jamais tomber dans le vulgaire. C’est parfois moins facile qu’il n’y parait car la frontière peut être mince. Il faut toujours penser à la modèle en priorité. Il faut se mettre dans sa « peau » et se dire, mince, si c’était moi qu’est ce que les gens en penseraient ! J’ai toujours été un ardent défenseur des droits et du respect des femmes donc je fais tout le temps attention au rendu. De plus je suis Papa de deux petites princesses alors je fais d’autant plus attention à ce que je fais ! (rires) Aujourd’hui les temps ont changé sur « l’image de la femme parfaite », désormais on joue plus sur les codes vestimentaires et sur la composition de l’image. Ce que je répète sans cesse aux femmes qui aimeraient poser en Pin Up / Dolls mais qui n’osent pas sauter le pas, c’est de foncer ! Peu importe la morphologie, l’âge etc etc, toute femme est magnifique, il faut le faire et cela permet de se voir sous un autre angle, de se voir différemment. 100% garanti.

Sur l’organisation d’un shooting dans cette optique « femme parfaite », il va y en avoir quelques uns de type Pin Up / Dolls mais sans trop exagérer. J’aime le classique !

c6b9c0_1ec4ba5d8a694fd1a9e8e58dce1f716dCDB – Quand on commence un travail artistique, on est toujours influencé par le boulot d’un ou plusieurs créateurs. Qui sont tes influences dans la photographie et comment as-tu fait évoluer ton travail depuis tes débuts ? 

G.C: Je pense que même inconsciemment, nous sommes tous influencé par des photographes, des images, des films, des écrits… Après chacun se créé son style propre avec ses idées et sa méthodologie.

Si j’avais vraiment une influence en photographie, cela serait l’artiste Le Turk qui fait un travail juste ouffissime ! Je suis très très très loin de son niveau mais ses œuvres me font rêver. En terme de dessins, ce sont  beaucoup les artistes illustrateurs des années 40 à 70 ( De nombreux shootings vont d’ailleurs leur rendre un petit clin d’oeil dans les mois à venir )

Mon travail à sensiblement évolué depuis mes débuts mais je tiens toujours à garder de la spontanéité et de la fraîcheur dans mes prises de vues. Je ne mets pas la pression du résultat, le moteur est vraiment le plaisir de capturer des instants et bien entendu la création artistique tout en restant dans le rétro / Néo vintage. Mon travail va encore prendre un nouvel aspect car je vais ouvrir un shop / studio Vintage à Herbignac ( 44 ) avec Orianne ( La grande rouge ) de l’émission Cousu Main de M6, qui est une fantastique créatrice !

CDB –  Ça te demande combien de temps de préparation un shooting photo de pin-up ? Avec les coiffures, les habits, et préparer certains lieux etc. T’as un souvenir marquant d’une session en particulier ?

G.C: Et bien tout dépend du shooting et si cela fait longtemps que j’y pense où si l’idée mec6b9c0_fca85eb2ffe34a38a9e6edbf5c556a1e vient la veille pour le lendemain (rires) J’ai la chance de travailler avec d’autres professionnels de qualité et de confiance comme Fred la Coiffeuse du salon « Le Savoir F’Hair » à Saint Nazaire qui créé de magnifiques coiffures rétro pour mes modèles. Ce qui est le plus compliqué entre guillemets, c’est de trouver le véhicule pour tel ou tel shoot, heureusement je travaille en collaboration avec plusieurs concessions et ateliers customs tels que « Madness Us » à Batz sur Mer, « Gascap Kustom » à Saint Nazaire pour ne citer qu’eux. Ils sont capables de me trouver tout ce que je cherche dans des délais incroyablement courts ! Pour un gros shooting, avec un décors spécifique, avec plusieurs véhicules et modèles ils se passe parfois 2/3 mois pour tout organiser !

Il y a plusieurs souvenirs marquants de shootings mais je pense que ce n’est rien encore à côté de ce qui se prépare ! Je compte organiser le plus gros shooting Pin Up / Voitures de France le plus rapidement possible, mais cela entraîne forcément une grosse organisation ainsi qu’une logistique bien définie. Je croule déjà sous le travail et les demandes !

CDB – La question signature du site ! Est-ce que tu as un côté « bourrin », un trait de personnalité fonce en avant, sans réfléchir, brutal même. La semaine dernière on a parlé à un modèle qui n’hésitait pas à dire a certains photographes que leurs clichés n’étaient vraiment pas bons (rires).

G.C: Alors oui clairement j’ai un côté « bourrin » avec un franc parlé mais gentil quand même hein ! J’aime foncer, j’aime quand tout n’est pas forcément préparé à l’avance lors d’un shooting car cela donne une autre dimension au résultat. » Rock’N’Roll !  » pour résumer, la vie est courte, je fonce !  Comme je le disais plus haut, il m’arrive parfois d’avoir une idée en pleine soirée, et de tout de suite contacter mes partenaires et modèles pour faire un shoot le lendemain ! Je pense qu’ils/elles me prennent parfois pour un dingue ! Mais ils travaillent toujours avec moi donc ça va (rires)

c6b9c0_200ee014494a47499d1bb6a0d89cdaee

On remercie très sincèrement Gildas Coric. Son travail est superbe et sa passion pour son métier est communicative. On a aimé lui causer !

Vous pouvez retrouver l’ensemble de son travail sur son site personnel ainsi que sur sa page Facebook.
Si son travail vous intéresse que vous souhaitez préparer un shooting avec Gildas, vous pouvez le contacter via la rubrique contact de son site internet. Il répond généralement en moins de 24h.

Publié par Hooligan Sensible

Rédac-chef de ce bordel.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s