Salut les bourrins.

Comme chaque année on rend hommage à une personnalité que l’on aime en l’intronisant dans notre Temple du Bourrin, ce fameux endroit où règnent les plus gros casseurs de cul du sport, du cinoche ou de la vie en générale.

Même si ça veut strictement rien dire pour les personnalités en question (ou alors elles sont émues d’être intronisés et on le sait pas), c’est surtout une bonne occasion d’encapsuler l’esprit de ce bon vieux site et cette année on a surement trouvé celui qui incarne le mieux ce qu’on peut être : Roy Keane.

Une tronche de mec a qui on ne la fait pas, un jeu footballistique dur où l’on comprends qu’il est pas la pour hyper les blaireaux en survet’ de Roubaix, Roy Keane a l’héritage d’un gros bourrin sur la pelouse et il reste quand même un gars qui sait être éloquent, intelligent et avisé.

Le fait de tataner des types sur le terrain faisait parti de son boulot et jamais il a rechigné à la tâche, il reste aujourd’hui un des recordmans de cartons jaunes et rouges reçus. La où il se distingue d’un autre monument comme Vinnie Jones (un autre Hall of Famer maison !), le gars n’était pas la pour blesser en première intention mais la rugosité de son jeu était nécessaire pour appliquer une certaine forme de peur. Même si son tacle te blesse pas directement, tu vas manger la pelouse encore et encore. Si vous avez joué au foot vous savez que c’est loin d’être agréable et ça créé de la nervosité dans le geste.

Une attitude de guerrier sur le terrain qui crée forcément une inimitié avec les autres joueurs de la ligue. Comme il le dit lui même :  » Je me suis embrouillé avec tellement de monde qu’avant un match je ne sais plus à quel joueur serrer la main « . C’est sûr, on devient pas un très grand du football sans se faire quelques ennemis mais Roy Keane s’en fout finalement, le gars ne regrette rien.

Comme le fait de terminer la carrière de Haaland, joueur norvégien à la carrière anecdotique, parce qu’il lui a niqué le genou auparavant.

1997, 9ème journée du championnat, Manchester United joue contre Leeds dans un match assez mouvementé. Beaucoup d’actions, beaucoup d’énervements, des supporters qui sont déjà en train de s’échauffer les articulations pour se taper à l’extérieur du stade, tout le bordel quoi. Soudain, une action envoie Roy Keane en profondeur dans la surface de réparation, et ce dernier se heurte à Haaland. D’un contact au premier au coup d’œil qui parait vivable, Roy Keane s’est en fait niquer le genou au contact du norvégien. Haaland, qui veut montrer au patron qu’il est également un homme aux balloches de plomb, coure au dessus de Roy Keane et l’insulte au sujet de sa « fausse blessure ». Le capitaine Irlandais, suite au contact, manquera le reste de la saison et aura tout le temps de planifier sa vengeance.

4 ans plus tard, Roy Keane affronte l’éternel rival Manchester City en Premier League. Manchester City possède désormais dans ses rangs un gars que Keane connait que trop bien: Alf-Inge Haaland. Alors que le match se dirige tout droit vers une égalité, une action oppose le joueur Norvégien et Keane. Voila le résultat:

Carton rouge à la 86ème minute. Avec un genou gauche déjà en compote, Roy Keane ajouta de gros soucis au droit de Haaland, qui ne guérira vraiment jamais et ne sera plus capable de disputer 90 minutes de football le reste de sa carrière.

« Il n’a que ce qu’il mérite, il m’a baisé et mon attitude, c’est oeil pour oeil, dent pour dent. » dira t-il des années après en interview.

Bien sur, ce genre d’événements font parti de l’héritage de Roy Keane mais ils font oublier quel superbe footballer était Keano. Un véritable box to box avec un fond athlétique impressionnant et un toucher de balle plus que décent, Captain Marvel était à fond tout le temps. Bonne vista, se projette quand il faut, reste en retrait quand il faut. Le gars allie tous les éléments qu’il faudrait au parfait milieu de terrain, en plus d’avoir un caractère exceptionnel. Le premier a ramasser ses coéquipiers au sol, a leur demander de garder la tête haute parce que la fierté permet de rebondir et d’éviter les humiliations futures.

Keane c’est un gars à fond tout le temps pour son club et qui ne comprends pas que les autres n’en fassent pas autant. Ça lui a causé bien des soucis, comme son départ de Manchester après qu’il ait fait remarqué aux autres leur manque d’implication dans une interview pour la chaîne de Manchester United : MUTV.

Pêle-mêle il dira de Kieran Richardson qu’il était un défenseur fainéant, que Ferdinand se prends trop pour une superstar parce qu’il est payé 136 000 euros la semaine et qu’il a bien joué 20 minutes contre Tottenham, qu’il ne comprends pas pourquoi les écossais s’extasient sur Darren Fletcher, que les joueurs expérimentés de United manquaient de caractère pour mener les jeunes joueurs du club.

Ferguson citera cette interview dans son livre et réitérera sa désapprobation de cette interview lors de la conférence de presse pour la sortie de ce dernier. Mais quand on est Roy Keane, comment faire autrement que de pointer les défauts des autres quand on est investit corps et âme depuis 12 ans à Manchester ? Quand t’es le gars qui a sonné la charge pour faire la remontada formidable contre la Juventus lors de la demi-finale de LDC en 99 ?

Une attitude qui le suit encore à la télévision aujourd’hui lorsqu’on lui demande son avis sur Manchester, toujours très critique sans jamais prendre de gants mais c’est la passion des gens qui ont trop aimé leur sport et leur club. Si un joueur ose montrer moins de respect que lui pour son maillot, il sort l’artillerie lourde.

« Bouge ton cul sur la pelouse putain »

Je le dis comme si ce n’était pas évident déjà avec cet article, je kiffe personnellement Roy Keane. Un vrai meneur d’hommes le fait par l’exemple et Keane ne rechignait pas à la tâche. Il vivait pour son club, refusait la défaite sans se battre de toute ses forces et refuser de se faire marcher dessus par qui que ce soit. Un déploiement de caractère hors du commun dans un footballer extraordinaire et une carrière qui force le respect avec 7 titres de champion d’Angleterre, un triplé historique et 4 Coupes nationales.

Pour toutes ces putains de raison, je me voyais pas ne pas faire entrer Roy Keane dans notre panthéon. A bientôt les bourrins.

VIDÉO ÉMOTION, REGARDE LA PUTAIN.

Publié par Hooligan Sensible

Rédac-chef de ce bordel.

Un commentaire

  1. J’aime me promener sur votre blog. un bel univers agréable. Blog intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon blog récent. A bientôt.

    J'aime

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s