Salut les bourrins,

On a souvent mentionné (surtout moi en fait) le fait qu’on (je devrais dire je) aime tacler de façon rugueuse. C’est très certainement dû au fait que le cri de douleur sonne comme une douce mélopée à mes oreilles et que le craquement sous les crampons métalliques est addictif. Faudrait que j’en parle un jour à mon psy quand j’y pense au lieu de le payer pour parler de papillon bleu apaisant.

Aujourd’hui on va rendre hommage aux autres artistes du genre, les mecs qui ont pavé le chemin dans l’enculade de joueurs et qui ont permis à des petits gars comme moi de trouver leur voie footballistique : la souffrance.

Fragiles s’abstenir. (je déconne pas pour le numéro 2 en tout cas)

1.On parle de violence ? Voila Vinnie Jones.

Difficile de parler de violence sans mentionner notre Hall of Famer Vinnie Jones. Le type s’est quand même fait une spécialité de désosser tous les mecs en face de lui de manière méthodique, tout en laissant un état de stress post-traumatique derrière. Un vrai truc de salopard quoi.

Certainement un des tacles les plus gratuit du football, qui plus est à notre Cantona adoré. Vous inquiétez pas, ils en rigolent aujourd’hui dans notre temple de la renommée.

2.Norbert Siegmann, le one hit wonder.

Parce que ça existe même dans le football et que c’est au moins aussi important qu’il y en ait que dans la vraie vie. On serait quoi sans « Born to be Alive » et « Ca plane pour moi » ? D’ailleurs, que deviennent Kmaro et Billy Crawford ?

Allemagne champêtre dans les années 80. Le football est rude et les nuques longues associées aux moustaches de motard sont le bon goût de l’époque. Norbert Siegmann du Werder Brême joue contre Ewald Lienen du Arminia Bielefeld. Sous les ordres de son coach (apparemment), Siegmann s’exécute comme un bon vieux caporal allemand sous l’occupation et va découper la jambe de Lienen sur 25 centimètres. Lienen lui, os apparent, se lève et va engueuler le coach adverse pour cet attentat.

Neymar… qui ?

3. Van Bommel, le spécialiste.

Tu sais jamais trop quelle place tu vas avoir dans l’histoire, quel héritage tu vas laisser dans le football quand t’auras raccrocher les crampons. Van Bommel lui le savait déjà, son héritage dans le football c’est la violence et le découpage méthodique d’autrui. Faut dire que ce salopard le faisait bien, et la stèle des gens victimes de ses tacles de bâtard comporte beaucoup de victimes.

Son plus beau travail ? Tenter de couper les jambes d’Iniesta en finale de Coupe du Monde. Malheureusement pour Van Bommel, le petit Iniesta a de la ressource et finira même par donner la première Coupe du Monde à l’Espagne. Parfois, le bon travail n’est pas récompensé…

4. Joey Barton, « 5 ans que j’attendais ça ».

On peut dire beaucoup de choses sur Joey Barton. Oui il aime planter des cigares dans les yeux des gens qui lui font de sales blagues, oui il est capable de ressortir vivant d’une confrontation verbale avec Zlatan en se moquant de son gros pif, oui il fait souvent des petits moves d’enculé.

2009, Newcastle joue contre Liverpool. Sur une action anodine, Joey Barton décide de découper Xabi Alonso sans motifs apparents. Il expliquera plus tard que Xabi Alonso aurait pris sa place à Liverpool des années auparavant (en 2004 !) et qu’il en gardait un souvenir amer.

5.Roy Keane sur Haaland, un classique.

On a déjà revu ce tacle dans l’article « Comment être un gros patron comme Roy Keane » mais on ne pouvait pas laisser passer ce monument du tacle d’enculé dans cet article.

Voila le tacle en question et vous avez toute l’histoire sur l’autre article. Ça vaut le détour.

6. Classico rime avec Di Meco.

Le mec est passé à la postérité en France pour avoir découpé du connard à tour de bras, et franchement il le faisait bien. Comme ce petit tacle sympa lors d’un Classico de la saison 92-93 sur Laurent Fournier qui avait rien demandé à personne.

En même temps ce serait surement moins cruel s’il l’avait mérité. Magnéto.

7. Ce bon vieux salopard de Pépé

Je crois qu’il a taclé comme un fils de chien toute sa vie pour se venger de son visage ingrat. Et bon dieu, qu’est ce qu’il se déteste. Il a marché sur la main de Léo Messi gratos, mis des sales tacles dans diverses compétitions qui lui ont valu des rouges, mais la où il touché le fond, c’est quand il a déglingué Francisco Casquero, le capitaine de Getafe d’alors quand il a provoqué un penalty.

Un millionnaire qui tape sur un modeste joueur espagnol (la plupart des joueurs des petits clubs espagnols peuvent gagner 6 000 euros), c’est forcément l’oeuvre d’un génie de remettre sur pelouse notre bonne vieille société.

Voila, j’ai fait de mon mieux pour me souvenir des tacles les plus gras et les plus moches que je connaisse.

Bien sur, t’en as eu des ignobles dans d’autres championnats plus obscurs mais la ça devient de la spéléologie dans la grotte de l’enculé et je suis pas sur d’en ressortir en seul morceau.

A bientôt les bourrins.

Publié par Hooligan Sensible

Rédac-chef de ce bordel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s