A la téloche ou dans tes séries à la con que tu regardes en streaming, t’entends souvent parler de « Self Made Men« , des types qui se sont fait une fortune tout seul en trouvant une idée de génie et en la cultivant.

A l’heure où l’internet commençait à prendre son envol et YouTube devenait LA plateforme incontournable de la toile (désolé Dailymotion), t’as un gars qui a réussi à capitaliser sur le phénomène pour se construire tout seul, avec la seul force de ses poings: Kimbo Slice

Le gars fait honnêtement grave flipper. Grosse bebar, 1m88, les muscles saillants, les chicots refait et l’œil de prédateur, le type parait déjà invincible quand tu le vois débouler et que ses adversaires ont des carrures plus modestes. Avec une technique descente contre des adversaires pas bien versés dans les sports de combat, Kimbo Slice vole sur le bitume et défonce tous ses adversaires avec une impression de facilité. C’est simple, Kimbo, tu sais que ce sera lui le plus balèze à ta soirée barbecue.

C’est avec ce putain de charisme et ce physique que Kimbo à réussi à emporter l’Internet avec lui, jusqu’à finir par devenir l’icône du nouveau média qui monte et de ce qu’il peut apporter comme célébrité. A force de combat, de pains dans la tronche, et parfois de vidéos un peu conne où il voit si des types peuvent encaisser ses coups contre du blé, la marque Kimbo Slice est devenue bankable et Kevin Ferguson, le vrai nom de Kimbo, une figure que les marques et les promoteurs de combat s’arrachent.

Après le seul combat qu’il a perdu contre un ancien policier versé en MMA, Kimbo Slice a exploré l’univers des arts martiaux mixtes et a commencé a s’entraîner sérieusement dans la discipline. C’est la compagnie EliteXC qui donnera aux fans de bastons l’occasion de voir Kimbo en action. Après un premier match remporté très facilement, la compagnie a décidé de lui faire affronter en Main Event une vieille gloire de l’UFC, TANK ABBOTT (la légende).

Le public mainstream commence à parler de Kimbo Slice, et commence à découvrir un peu le bonhomme. Un mec parti d’absolument rien, qui a vécu dans sa caisse pendant un moment et qui a été garde du corps et chauffeur pour une boite de prod’ pornographique. Élevé dans les quartiers difficiles de Miami, mais qui a réussi à devenir un phénomène dans le monde du combat, un vrai « self made man » qui s’est forgé dans la violence mais qui finalement gagne sa croûte de la plus noble des manières, s’élever grâce un combat en 1 contre 1.

C’est sur, Kimbo c’est pas un artiste martial génial au début. Commencer les choses sérieuses à 34 ans, c’est jamais vraiment recommandé pour avoir une progression stable et de qualité, une réserve que les spécialistes ont émis a juste à titre et qui va empêcher le gros bonhomme d’atteindre de plus haut sommet avant un moment.

Ce moment en question, c’est Dana White qui lui donnera. Le patron de l’UFC, aussi malin qu’un chien truffier à fric, donnera l’opportunité à Kimbo de passer par l’Ultimate Fighter, cette télé-réalité où des combattants s’affrontent pour obtenir un contrat dans l’organisation numéro une mondiale. Le mec pourra s’entraîner avec l’élite du sport, obtiendra de façon honnête son contrat et en plus, boostera probablement les audiences parce qu’il est véritablement une star. Un moyen honnête et malin pour voir si Kimbo a ce qu’il faut.

Peu de gens lui donnaient de grandes chances, mais malgré la défaite dans le tournoi contre Roy Nelson, Kimbo aura montré une progression plus qu’encourageante, tutoyant parfois la qualité que peuvent avoir des combattants sur les cartes principales. Dana White, pas le dernier des débiles, donnera l’occasion à Kimbo de montrer ce qu’il vaut dans la carte dédiée à la finale de l’Ultimate Fighter contre Houston Alexander, un vétéran d’alors de l’organisation. Un combat chiant où Alexander tourna en rond comme un débilos pendant trois plombes, mais un combat qui a vu le plus beau supplex que l’organisation à vu jusque la:

Victoire en demi-teinte qui fera toujours jaser les sceptiques et plus grave encore, problème de santé évident, le genou de Kimbo est pourri à cause de ses années de football universitaire. La fin de Kimbo à l’UFC rimera avec Matt Mitrione, en feu à l’époque, et obligera Kimbo à reconsidérer sa carrière.
Il tentera la boxe professionnelle où il obtiendra un record de 7-0 contre des combattants anonymes, puis reviendra au MMA avec la compagnie Bellator, avec laquelle il obtiendra une victoire contre Ken Shamrock et fera ce qui est désormais connu comme le plus mauvais combat de tous les temps contre Dada 5000, un ancien protégé de Kimbo.

Plus de nouvelles de lui jusqu’au 6 Juin 2016.

Il y un an, le gros Kimbo est admis d’urgence à l’hôpital suite à un arrêt cardiaque, à 42 ans, peut-être dû à des produits utilisés dans ses jeunes années de footballer. Père de 6 enfants, il ne ressortira jamais de l’hôpital vivant. Les hommages sur Internet ont été nombreux à la suite de l’annonce, le héros de YouTube s’en est allé pour une raison à la con alors qu’on aurait bien voulu le voir continuer de trimbaler sa tronche de repris de justice dans les rues de Miami, pour en découdre avec des jeunes cons.

« Un bon gars » selon ses proches et « un mec incroyablement gentil pour une dégaine aussi menaçante » pour les gens qui l’ont côtoyé occasionnellement. Un type vraisemblablement bon avec les gens qui l’entouraient, typique des types ont pas eu grand chose au départ dans leur vie. Un gars bien.

Ici on le kiffe parce que Kimbo c’est les vraies premières heures cool de l’Internet. Quand c’était en train de grimper mais pas au point que tout soit contrôler par des multinationales horribles. On pouvait voir du coup le gros machin dérouiller des types et même si c’était en 140p, on s’en battait les couilles parce qu’à l’époque c’était acceptable.

Voir Kimbo en action, c’était l’âme d’Internet. C’est ce qui fait de lui la seule vrai légende de YouTube. Evidemment, tu te souviendras toujours des vidéos un peu conne du genre le chat qui fait du piano, mais tu te souviendras pas du nom du type. Pareil avec toutes les autres vidéos, ou les types un peu connus à l’époque.

Irrémédiablement, ils tombent tous dans l’oubli, mais le seul type qui a réussi à créer un nom inoubliable sur Internet, pour ensuite tourner des films et atteindre le plus haut niveau possible de son sport, c’est Kimbo. C’est le seul qui a réussi à atteindre ce niveau de popularité sans être une grosse catin blonde qui hurle comme un trisomique devant sa caméra en jouant aux jeux vidéo, et pour ça on le respecte à l’infini.

Kimbo Slice, le botteur de cul de l’Internet.

Publié par Hooligan Sensible

Rédac-chef de ce bordel.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s