Ça y est, Le Coin du Bourrin connait sa première année d’existence officielle sur le monde formidable et pas fainéant du tout: l’Internet. Qui dit fête d’anniversaire du site dit rituel que l’on a mis en place pour l’occasion: introniser quelqu’un dans notre somptueux Temple du Bourrin.

Cantona se sentait un peu seul au bar de la renommée dans notre prodigieux Temple du Bourrin, on a donc réfléchi et on a décidé de le faire rejoindre par quelqu’un qui lui aussi a une paire de rochers dans le calfouette: Conor McGregor.

Tu connais l’histoire du mec qui vient d’une banlieue de grande ville et qui devient le visage de son sport en lattant cliniquement la tronche des mecs sur sa route ? T’as déjà quelques noms en tête mais je suis sur que ces gars la sont loin d’avoir le charisme, le magnétisme, le bagout et surtout le talent de Conor McGregor. C’est simple, ce type la, dans ce qu’il dégage et ce qu’il est capable de produire, seul un mec comme Muhammad Ali est capable de lui tenir tête. Il parait insupportable, prétentieux et pourtant il arrive toujours à prédire l’issue de ses combats, exactement comme Ali à une époque.

Les comparaisons sont parfois rapides à faire mais finalement les ressemblances s’accumulent, McGregor a cette capacité de mettre KO d’abord ses adversaires au micro avant de lier le geste à la parole. Ali pouvait démonter et humilier méthodiquement ses adversaires en conférence de presse avant de produire de la magie dans le ring. Comme Ali, McGregor représente également toute une nation et lui reste fidèle, en parlant son langage au milieu de multimillionnaires, des journalistes, des entrepreneurs. Les millions dans la poche, Conor continue d’être irrémédiablement un sale mioche irlandais. Une nature vraie, parfois dérangeante mais une personnalité qui n’a jamais empêché pas le Mac de briller dans l’Octogone.

zBndMLM

Ce qui est extraordinaire avec McGregor, c’est qu’on est face à quelque chose qui n’arrive qu’une fois par siècle en terme d’attraction et de talent. Un truc unique, qui casse tous les records de vente et qui fait tenir nous autres français les Samedi soirs à 4-5h du mat’ parce qu’on sait qu’on verra quelque chose de spécial si on le voit combattre.

Son style tranche avec les standards qu’ont établi d’autres combattants par le passé. Le MMA est, est sera encore longtemps, le terrain privilégié des lutteurs. Contrôler l’issue de la rencontre est un objectif et la lutte est un des meilleurs outils pour arriver à ce résultat. Même GSP, qui est pourtant un monstre de Kyokushinkai, avait modifié son style sur quelque chose de plus safe à base de lutte pour s’assurer ses victoires quand il avait l’or autour de la taille. McGregor, lui, c’est l’opposé. Un peu comme Lyoto Machida à une époque, il surprend par sa capacité à pouvoir striker de façon chirurgicale et de toujours pouvoir garder le combat debout, de couper les outils de l’adversaire et de le maîtriser complètement. En plus de compter sur un gameplan plus que solide et des frappes extrêmement précises, Conor McGregor choque également ses adversaires par sa puissance dans des catégories légères plus basés sur le stylistique. Une de ses marques de fabrique, son direct du gauche, a fait tomber deux champions en les personnes de Jose Aldo (en 13 secondes) et Eddie Alvarez pour la deuxième ceinture. Une combinaison de technique, de talent et de puissance qui fait de McGregor un incontournable de son sport et une icône pour tout un pays.

conor-mcgregor-mural_2014_052

Peinture de McGregor à Dublin

« McGregor il m’énerve mais si tu savais. Pourtant y’a pas un mec qui mérite plus d’entrer dans notre Hall of Fame que lui. Je déteste les mecs arrogants. C’est encore pire quand tu vois un un mec arrogant et imbattable. Si encore il perdait, on pourrait dire quelque chose. Mais son double titre + la prochaine rencontre avec Floyd MoneyWeather va faire entrer le MMA comme LE sport de baston universel. Cet irlandais de merde, il a déjà redistribué à lui tout seul toutes les cartes de la place des arts martiaux dans le paysage audiovisuel. Sa renommée et son image portent à elles seules l’UFC et le MMA en général. Il n’y a guère que Ronda Rousey qui a réussi ce pari et encore, pas à la même échelle. C’est pour ça que même si je peux pas l’encaisser, j’ai un respect profond pour ce qu’il a accompli. Voir l’insolence avec laquelle il a fessé Eddie Alvarez la dernière fois ne peut que laisser admiratif. Pour moi ça sera toujours un sac à merde mais le plus grand champion de son sport. Maintenant on attend le 10 juin pour voir s’il ira jusqu’au bout. »
Révérend Biceps, rédacteur au Coin du Bourrin.

gallery-1429121903-esq050115mcgregor002-web-1

« Personnellement j’ai entendu parler de Conor McGregor par un ami entraîneur en MMA. Connaissant ma passion pour le catch il m’a parlé de Conor et de son côté Trash Talker qui devrait me plaire, faisant parfaitement le lien entre le catch et l’UFC que je ne suivais que d’un œil pour les combats heavyweights.

J’ai rapidement tapé son nom sur YouTube et pu facilement trouver des highlights de tous les moments les plus fun et c’est vrai que j’ai tout de suite accroché à ce côté provocateur qui collerait parfaitement au catch mais ne l’ayant jamais vu combattre je me posais la question de savoir si tout cela n’était pas que du blabla, et cela tombait bien, son futur match contre Chad Mendes qui  remplaçait au pied levé par José Aldo. Et c’est là que je finis d’être conquis par cet Irlandais totalement hallucinant. Certes, sa garde n’est pas des plus efficace mais la précision et la rapidité de ses coups est jubilatoire et ce n’est pas ces adversaires qui diront le contraire. C’est ce qui me frappe chez Conor, il parle beaucoup mais il agit en conséquence derrière.

Et non content d’être un excellent combattant qui a su mettre en intérêt une catégorie de poids depuis bien longtemps mise au second plan, un très bon striker qui délivre régulièrement des bons combats, c’est aussi un homme fondamentalement bon, après chacun de ces combats il est toujours respectueux et honore ces adversaire même si il a dominé un match de A Z il a toujours un mots pour eux, et même avec ses fans les anecdotes ne manquent à ce sujet. »  The MOOG, lecteur du Coin du Bourrin.

McGregor pesée

McGregor à la pesée pour l’UFC 189 contre Chad Mendes

« Je me rappelle de l’époque bénie ou Anderson Silva et ses esquives spidermanesques étaient ce qui se faisait de mieux , ou le torse velu de Forest Griffin faisait trembler le monde des fighting sports et ou chaque défaite de Tito Ortiz était comme un petit cadeau de Noël. Mais comme toutes les époques bénies, la fin était en réalité proche : Chuck Lidell est maintenant star de films et de pubs, les Rashad Evans et Forest Griffin ont eu une fin de carrière qui ferait passer Charlie Zelenoff pour Ippo Makunouchi, et brise cœur parmi les brise cœurs : Anderson Silva enchaîne les défaites contre des randoms et ressemble de moins en moins a un combattant d’UFC qu’à un professeur d’EPS. Mais dans les époques les plus sombres, les dieux du botte-cul trouvent toujours un moyen de satisfaire leurs bourrins préférés, et à la manière d’un cocktail savamment mélangé, ils ont réunis en un homme tous les ingrédients du parfait bourrin pour en faire une machine à gagner. L’Irlande, terre de hooligans, nationaliste qui posent du C4 et de bastons de bars nous a livré son plus beau bijou : Conor McGregor. Dur comme un clou de cercueil et swag comme un prince nigérien, il est descendu du saint paradis des bourrins pour coller une branlée à toutes les pipettes de ce monde impie. Le jour où Hooligan Sensible m’a parlé « d’un petit irlandais comme tu les aimes qui commence a décoller dans le milieu » sera officiellement celui de ma seconde naissance. » Viril Châtelain, rédacteur au Coin du Bourrin.

Pour tous ses accomplissements et sa sincérité, Conor McGregor devient officiellement membre du Temple du Bourrin. Comhghairdeachas, sham.

Publié par Hooligan Sensible

Rédac-chef de ce bordel.

2 commentaires

  1. […] si on aime beaucoup Conor McGregor, qui tient toujours solidement sa place au bar des Bourrins dans notre Hall of Fame, il faut croire que la compagnie peut s’en sortir sans lui. L’année 2017 de […]

    J'aime

    Réponse

  2. […] bourrins que classes se partagent un pinte en se racontant des histoires. Après Eric Cantona et Conor McGregor, on est ravi de rajouter à cette image le tout puissant Vinnie […]

    J'aime

    Réponse

Répondre à 2017: Une belle année pour les bourrins. – Le Coin du Bourrin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s