Histoire: y’a pas longtemps, j’allume ma télé pour voir si on déverse toujours de la merde sur les ondes :
Touche pas à mon poste est encore vivant.
-France 3 ressemble toujours à un cimetière d’idées.
-TF1 fait toujours dans le programme putassier.
-M6 balance encore des séries de merde sur les « familles trop drôles » parce que les histoires de vieux, de pots de confitures, vues et revues, c’est bankable chez les robots, les fameuses personnes qui voient constamment les mêmes blagues depuis 20 ans et qui réagissent toujours de la même manière. Seul France 4 reste street crédible en passant « Rick and Morty » plus quelques films d’animations stylés, et Arte avec régulièrement des trucs de qualités du genre « Les Valseuses » et « Akira« , j’en attendais pas moins de leur part

59a53e0f53775f63f1284ac54b86c5ab

Rick and Morty, bouge toi le cul et regarde cette série

Je vois aussi un truc qui m’étonne, une chaîne de dessin animé est à disposition sur la TNT: Gulli. Bonne idée, bon délire…
Sauf que les trois quarts des programmes sont en 3D dégueulasse, et proposent du contenu d’handicapé mental instauré par un lobby de mamans contentes que leurs enfants soient des huîtres tant qu’ils ne voient pas de sang.
Ils sont passés où les putains de bon dessins animés, bien soignés ? J’ai pas envie de faire le connard et dire que c’était mieux avant mais bordel on avait quand même un choix considérable en terme de qualité et une partie non négligeable n’était pas la pour vendre des jouets à la con. C’est simple, les dessins animés d’aujourd’hui sont des gros trucs de zéros. C’est un mélange entre batailles de toupies merdiques, de flingues qui envoient des monstres, des trucs qui te disent qu’être un perdant c’est pas grave parce qu’au fond t’es un flocon de neige merveilleux, le tout dans un habillage tellement fait à la va vite que tu vois que les gars en ont absolument rien à péter de ce qu’ils font tant que ça se vend. Non seulement à l’époque on avait des trucs relativement mieux soignés et, en plus, on nous inculquait des valeurs de bonhommes.

DRAGON BALL Z

En plus d’avoir des dessins réalistes stylés pour l’époque, un univers riche et une ambiance sonore reconnaissable entre 1000 qui inspire encore aujourd’hui des artistes, DBZ enseignait des choses que l’on ne voit plus du tout.
Pour être le meilleur dans ce que tu fais, faut que tu t’entraînes comme un niqué.
Y’a pas de raccourcis pour être une bête, tu bouges ton cul et tu t’entraînes aussi fort que tu le peux, même si tu dois passer un an à le faire dans une salle blanche. Si le gars en face de toi est une brute et que t’es un peu trop laxiste ou que t’es pas assez fort: tu meurs. Comme dans les combats de pitbulls derrière chez moi en fait. Avoir du recul sur soi et ce qu’on est capable de faire. Quelque chose que Végéta, un des persos les plus charismatiques de la série, a mis un moment avant de comprendre et il est devenu meilleur une fois la réflexion faite. Sinon, il passe la moitié de la série à se faire déboîter parce qu’il a un complexe de supériorité très mal placé qui l’empêche de voir la réalité en face: il a pas le niveau. Ce n’est pas grave de faire usage de la violence si elle est parfaitement justifiée, je pense que tu ne verras plus jamais quelque chose de similaire aujourd’hui. Ouais, DBZ disait aux gamins: « Si le gars est un véritable enfoiré et que tu sais qu’il va faire de sales trucs, hésite pas à lui défoncer la tronche« . Typiquement ce qu’il se passe contre Cell, Sangohan n’aime pas se battre mais il comprend que parfois, juste causer ne suffit pas et il faut exploser le gars pour lui faire enfin entendre raison. Ce a quoi les mamans et les tapettes du CSA ont répondu « Cette série est vraiment trop violente et demande à mon gamin de se faire pousser des couilles, je préfère qu’il devienne un gros pink et regarde une série sur du volley-ball féminin« . Bande de cons.

OLIVE ET TOM (Captain Tsubasa)

Le tir de l’aigle, un stade de 20 000 places rempli pour voir jouer des gamins de 12 ans et autres Catapulte Infernale pour mettre des buts. Quand on regarde un peu l’ensemble avec notre regard de fan de foot, on se rend compte que Olive et Tom était un chouïa trop japonais, par contre on avait, en dehors des acrobaties improbables,  une véritable culture du collectif respecté et surtout, l’idée que tu peux toujours gagner en utilisant tes forces. Une idée qui fait encore écho dans la vie réelle: Je sais très bien que je manie mieux la batte de baseball que la barre à mine, et je sais comment opérer contre cela.
Toute la série est basée sur les confrontations de styles entre la New Team (l’équipe d’Olivier Atton) et les équipes qu’elle croise dans les différents tournois qu’elle joue. Dans 90% des cas, les équipes ont une stratégie d’équipe ainsi qu’une star qui a « une botte secrète » (oui, très japonais). C’est con mais au final on pourrait simplement avoir juste un gars qui gère tout avec des super pouvoirs, ou une équipe remplis de super pouvoirs (genre la série complètement nulle à chier Galactik Football) mais l’ensemble reste relativement humain et la série insiste bien sur le fait qu’une stratégie qui gagne est avant tout une stratégie d’équipe, ce que la star utilise pour marquer n’est qu’une conséquence de tout cela. Mark Landers a beau être une bête de finition, il lui faut quand même Dani Melo et sa capacité de passe de ouf, la France serait forte avec Pierre et Napoléon mais pas autant sans la tactique de la Tour Eiffel. Une autre idée qui se fait rare aussi de nos jours, l’abnégation. Bon parfois dans la série c’est limite risible parce qu’Olivier Atton est au moins autant blessé dans sa carrière junior que Gourcuff, mais quand le breton préfère sortir de la pelouse sans prévenir qui que ce soit, le japonais reste sur le terrain et se bat jusqu’au bout pour son équipe. « Les bobos ça fait mal, mais me casse pas les couilles parce que j’ai un putain de match à gagner avec mes velus » qu’il dit régulièrement Olivier dans des termes plus adaptés à une audience jeune. Un vrai bonhomme.

SAMURAI JACK

Comme la plupart des dessins animés de l’époque sur la street crédible chaîne Cartoon Network, Samurai Jack n’était pas la pour vendre une tonne de sabres en plastique ou des milliers de pyjamas blanc. C’était quelque chose de différent, qui nécessite un peu plus de réflexion et qui était surtout bombardée de références artistiques. Sans le vouloir et le comprendre à l’époque, j’étais familiarisé avec des mélanges hip-hop et sonorités japonaises à la RZA du Wu Tang Clan de Ghost Dog, et j’étais également en face de grosses références aux films de chevalerie de Kurosawa. Beaucoup de choses qui passent inaperçu mais qui te donnent de bonnes bases pour la suite.
C’était une série qui te décrassait le cerveau, y’avait même des notions des montages originaux dans un plan, des styles graphiques différents selon les situations, et pas mal d’idées de mise en scène. Qu’est ce qu’on apprenait foncièrement quand on était gamin et qu’on regardait Samurai Jack ? Le truc le plus dur à essayer d’inclure aujourd’hui dans un dessin animé: La Patience. Ouais, « Jack » est balèze mais parfois, il lui fallait une bonne dose de patience et de réflexion pour comprendre comment vaincre un ennemi. Ce qui est relativement normal parfois dans un animé de ce genre la à la différence près qu’il n’y a pas ces sempiternelles conneries de dire ta réflexion à haute voix dans Samurai Jack, les combattants restent souvent muets même en off dans les fights. Quelque chose aussi qui se fait peu de nos jours, les gens que tu butes ont eu une vie et tu leur enlèves cette vie. C’était pas quelque chose de régulier dans la série, mais un épisode en particulier mettait en scène la vie d’un modèle de robot que « Jack » défonce régulièrement, mais ce robot la avait la particularité de vouloir vivre. Evidemment, il finit par mourir aux mains de « Jack ». Quel dessin animé aujourd’hui te fait avoir un regard différent sur ceux que les héros butent par centaine ? Yu-Gi-Oh Arc V bien sur !

Aujourd’hui y’a pas vraiment grand chose qui se démarque pour les gamins, à part peut-être One Punch Man et l’idée de l’ennui que ça procure d’être beaucoup trop balèze… Sinon c’est encore de la niaiserie en barre. On est envahi par les dessins animés de super héros genre Marvel ou DC mais sans la profondeur et la classe des comics. Ça se résume à coller des pains dans la tronche de gros machins, parce que faire mourir une ville sous une bombe atomique à cause de super héros cons c’est un peu trop pour les mamans de nos jours. Ça ne m’étonne même pas que les trois quarts de nos trucs de l’époque ressortent pour palier à tout ça.
C’était quand même un étalage de talent qui était kiffant. On avait évidemment d’autres séries stylées qu’on a pas forcément citées plus haut, avec des messages comme on les aime sur le CDB. Les Tortues Ninja te disaient qu’il fallait toujours compter sur tes frangins quand t’es dans la merde, surtout s’ils ont des grosses armes blanches, Nicky Larson faisait comprendre qu’un .357 Magnum c’était quand même la classe à avoir, et Johnny Bravo qu’il faut TOUJOURS essayer de se goinfrer des nanas. C’est des petites choses comme ça qui font la différence parce qu’on retient toujours les bonnes leçons dès son plus jeune âge, c’est important pour se construire par la suite.

Tsss…Génération de tapettes.

Publié par Hooligan Sensible

Rédac-chef de ce bordel.

3 commentaires

  1. […] certainement compris avec l’article qu’on avait fait y’a quelque temps sur les dessins animés qui avait de poils sur le torse, on est assez fan de Dragon Ball Z […]

    J'aime

    Réponse

  2. Nicky Larson t’apprenait à respecter les femmes
    Johnny bravo à reconnaître un ringard
    Captain planet était avant gardiste et plus stylé que nos bobos d’aujourd’hui
    Et surtout Ken le survivant te prouvait que les urgences n’etaient pas forcément nécessaires quand tu te petais ma gueule avec tes Fisherprice à 4 roues taille unique.

    Aimé par 1 personne

    Réponse

  3. […] pas si longtemps sur le site, on louait les dessins animés de bonhomme de l’enfance. Ceux qui faisaient avoir déjà petit du poil sur le torse et qui te faisaient marcher comme un […]

    J'aime

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s